mercredi 15 février 2017

Burnout des Mères Saison 01 Episode 04 - Sensibilité Vs Vulnérabilité

Sensibilité Versus Vulnérabilité


...Et c'est là son moindre défaut, certaines jeunes Mères pensent
qu'elles peuvent tout faire comme avant...
Vivre comme avant d'être enceinte...
Comme avant d'avoir des enfants...

Et pourtant, ce ne sera plus jamais comme avant !
La jeune femme en devenant Mère
devient LA figure d'attachement de l'enfant...
Et ça, ça change tout !

Revenons donc sur la Théorie de l'Attachement de John Bowlby pour comprendre LA figure d'attachement que la Mère représente dans le cœur d'un enfant...et de tout être humain qui vient de naître !
Tout le monde parle de cette Théorie. Elle est une évidence pour certains et restent un mystère, voire un mystère occulte pour d'autres.
Et pourtant, à qui veut bien se donner la peine, la Théorie de l'Attachement de John Bowlby révèle ou rappelle à Nous Tous - la Société, les Familles, les Pères et les Mères  -  une réalité essentielle : 


La Mère représente pour l'Enfant
LA Figure d'Attachement qui lui garantit
la confiance nécessaire à son développement harmonieux.

Avant de plonger dans cette réalité passionnante de la Théorie de l'attachement, tournons-nous vers notre bon sens de Mère et un de nos plus beaux cadeaux de vie : la sensibilité !

Place de l’Église du Village de Clans (06)
Enceinte, la jeune femme se découvre une sensibilité nouvelle !  Plus sensible à certaines odeurs ou certains sons, textures, saveurs, images, etc., tous ses sens semblent exacerbés lorsqu'ils ne sont pas à "son goût" et réclament douceur et amour.
Les femmes hindoues par exemple le savent bien puisque, durant la période de leur grossesse, elles se tiennent à l'écart de tout ce qui va à l'encontre de la vie et de la douceur (pas d'images ou de musiques violentes, etc.).

Pourquoi ? Parce qu'un bébé est tout doux et tout mignon...Et que la femme enceinte se prépare à être Mère, une Mère attendrie par tant de douceur à venir...
Et une telle tendresse s'avère nécessaire pour prendre soin d'un être autour duquel l'attention va devoir être pleine et constante. Car il ne s'agit pas de prendre soin de son bébé de temps en temps. Non ! La Mère en prend soin tout le temps, nuit et jour, jour après jour, sans jour de congés, sans temps de pause...

Pour certaines Mères, c'est un pur bonheur, une période à vivre pleinement, une période qui ne dure pas...elles le savent bien ! Alors il faut en profiter de cette douceur, de toute cette tendresse qui est là en abondance, dans le cœur d'un bébé et d'un tout petit enfant ! 
Elles le sentent dans ce "bain d'ocytocine" de la période de la grossesse et de l'allaitement...cette hormone dont nous parle Kerstin Uvnas Moberg avec tant de simplicité et qui fait écho à l'amour charnel entre un homme et une femme. L'enfant n'est-il pas le fruit d'un amour entre un homme et une femme ?

C'est la période naturelle de la maternité dans la vie d'une femme et cette période dure le temps de l'autonomisation de l'enfant au regard de ses besoins primaires. 
Dans toutes les traditions, cette période dure 7 ans, âge où les systèmes digestif et locomoteur sont aussi matures que celui de l'adulte. 7 ans dans le giron quasi exclusif de la mère pour se préparer à explorer le monde en douceur avant de mûrir dans la société dans le giron du père...

7 ans...l'âge où l'enfant peut retarder ses besoins primaires et réguler ses émotions, fruit de la transmission maternelle.
7 ans...l'âge de raison où le langage acquis de l'oral  (ce n'est pas un hasard si nous parlons de "la langue maternelle") permet à l'enfant d'accéder aux apprentissages scolaires et de la vie en général.
7 ans...c'est aussi la durée de test d'un couple ! (Aïe, nous verrons cela plus tard...)
7...jours pour créer la vie sur Terre (Nous reviendrons sur le 7...)

Une logique de développement de l'enfant, de tout être humain et un bon sens qui autrefois était largement partagé par Nous Tous ! Et le père en premier, ravi que sa compagne et la mère de ses enfants prenne soin des enfants en bas âge.

Ainsi, en étant enceinte et en portant l'enfant à venir, la femme réveille en elle une qualité bien particulière et bien souvent ridiculisée dans notre société actuelle... 
LA SENSIBILITÉ !

Enceinte, la jeune femme devenant Mère se sent plus sensible, voire vulnérable à ce qui se dit et se vit autour d'elle. Les gestes et les mots environnants sont perçus différemment et la touchent autrement...surtout ceux venant de celui qu'elle aime et avec qui elle a choisi de fonder une famille...

Et de la sensibilité à la vulnérabilité...il n'y a qu'un pas ! Il suffit d'un mot ou d'un geste pour que la Mère se sente blessée...car elle est fatiguée...
Et oui, même si la maternité apporte beaucoup de tendresse et d'amour, la période requière aussi beaucoup d'énergie et peu de repos...ce qui peut, par CUMUL DE LA FATIGUE, entraîner une FATIGUE NERVEUSE qui se caractérise justement par la VULNÉRABILITÉ : la Mère se sent alors non seulement touchée, mais blessée...n'ayant plus de résistance à la pression / tension extérieure...
Blessure après blessure, cela se transforme en rancœur et conduit au germe du burnout...si rien ne vient calmer ces blessures.

Revenons un instant au Dictionnaire Historique Le Robert...
Sensible est un adjectif (v. 1265) venant du latin sensibilis "qui tombe sous le sens, tangible" et se précise "ce qui est perçu par les sens" (depuis le XVIè s.) et prend un sens particulier en 1656 de ce qui est clair, évident" et "qui se laisse touché par..." à différencier de vulnérable dont le sens est "qui peut être blessé".

Intéressant car la SENSIBILITÉ est nécessaire à la Mère pour prendre soin d'elle-même et du bébé qui se prépare durant la grossesse. Une sensibilité fort utile lors des premiers soins et ce jusqu'à l'autonomie de l'enfant.

La sensibilité de la Mère est donc son meilleur atout pour prendre soin de l'enfant, pour ressentir ses besoins comme une évidence, comme quelque chose qui tombe sous le sens. Tout devient du bon sens !

Seulement si le mari devenant père considère cette sensibilité comme de la sensiblerie (Monsieur Le Robert nous dit qu'il désigne "péjorativement une sensibilité outrée, déplacée"), alors la Mère qui n'ose pas décevoir son amoureux se pliera à sa volonté et taira sa sensibilité...ou voudra la revendiquer si haut et fort qu'il n'y aura pas de place pour cette sensibilité...

La soumission et le combat ne laisse malheureusement aucune place à la sensibilité...

 Car la sensibilité s'exprime dans le silence, le calme, la paix, la réceptivité !
La réceptivité, c'est...
un état en soi qui accueille et n'attend rien,
qui écoute et ne pense rien,
qui est là pour l'autre telle une mère offrant le sein à l'enfant qui a soif ou faim
sans état d'âme, mais avec sérénité.


L'harmonie en famille repose donc sur 
la sensibilité de la Mère et sa capacité à se ménager pour ne pas sombrer dans la vulnérabilité où tout devient souffrance !
 
Cette sensibilité de la Mère est à la base de la Théorie de l'Attachement.
C'est ce que nous découvrirons vite et bien lors du prochain épisode...
A suivre !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire